Publié le 19 mars 2019

La Loi Pacte, examinée en 2nde lecture à l’Assemblée Nationale en fin de semaine dernière, engendre incompréhension et colère chez les commissaires aux comptes.

Moins de transparence (81 000 filiales ne seraient potentiellement plus auditées), risques économiques sociaux et fiscaux….

Le Gouvernement s’est montré sourd aux arguments défendus par les commissaires aux comptes dont la mission est malheureusement méconnue par les pouvoirs publics.

Communiqué de presse de la CNCC en date du 12 Mars 2019